[DAOC] Un jour de pluie (initié par Marhalt Campbell)

Aller en bas

[DAOC] Un jour de pluie (initié par Marhalt Campbell)

Message par Merisel Faradhreia le Mar 12 Juil - 22:53

Marhalt Campbell a écrit:
La pluie tombe en gouttes fines, comme une pause après les violentes averses de ces derniers jours. Gawain peste, les ornières défoncées et boueuses emprisonnent son char a bras. Toute la campagne est détrempée, et chaque pas laisse une empreinte gorgée d'eau. Le jeune bûcheron tire et pousse tant, qu'il se met a fumer, ses efforts ne produisent que transpiration et frustration. Il retire sa chemise, et laisse la pluie le rafraîchir pendant qu'il bourre de paille les ornières inondées. Un cheval qui renâcle attire son attention, Gawain relève la tête. Un chevalier et sa dame s'en viennent sur le chemin détrempé, la charrette bloque le passage. Le jeune bûcheron ne ménage pas sa peine pour libérer la place, il regrette déjà d'avoir ôté sa chemise. Qui sait comment réagissent les nobles? Ils ne seraient pas les premiers à rendre un paysan responsable du mauvais temps, et à le punir pour leur faire perdre leur temps. Les montures s'arrêtent à quelques pas, le jeune homme s'incline respectueusement, comme pour s'excuser du trouble qu'il occasionne, et s'arc-boute sur sa charrette.
Le chevalier et sa dame sont enveloppés dans de lourds manteaux de pluie, il ne distingue pas leurs armes. Le lourd bouclier qui pend sur la croupe de l'alezan du chevalier est tellement abimé qu'on ne peut les deviner. Le cavalier est effrayant, une balafre verticale le dévisage, laissant l'œil gauche comme mort. Gawain sent le noble évaluer la situation du haut de sa selle, il ne fait pas de doute qu'il va devoir obéir à ses ordres s'il veut échapper à sa colère. Pour le moment le jeune homme montre toute sa détermination à sortir sa charrette de l'ornière. Le passage est bloqué, et aucun cavalier digne de ce nom ne risquerait sa monture dans les champs voisins presque inondés, au risque de lui briser une jambe. Gawain maudit l'infortune qui l'a conduit dans cette situation pénible, il n'ose plus regarder les nobles et se concentre pour faire sortir de la boue sa charrette chargée de bois. Il retient son souffle quand il entend le cavalier démonter et son pas lourd s'enfoncer dans la boue avec des bruits de succion. Du coin de l'œil, il entrevoit les bottes et le bas du manteau salis. Le chevalier conduit doucement sa monture sur le bas côté du chemin et dépasse l'obstacle. Il aide sa dame à descendre et la tient par la main pour la conduire en terrain plus stable, puis il revient chercher la monture de la dame et le roncin qui porte leurs bagages. La dame est belle, avalonienne assurément, les deux ne sont plus de première jeunesse, et s'accordent bien. Ils vont sans parler, d'un regard ou d'un geste, ils se comprennent. Gawain est pris de remords d'avoir causé tort à la belle robe de la dame. Le seigneur s'approche du jeune homme et attelle le roncin à la charrette du bûcheron.
- Comment t'appelles-tu?
- Gawain messire.
- Sais-tu où trouver le château de la dame aux dragons?
- Après le prochain hameau prenez la route de l'ouest, vous y serez vite rendu.
- Merci à toi Gawain, conduit Linotte au château de la dame sitôt que tu seras rentré avec ton bois.
Le chevalier lui tend une pièce d'or. Gawain accepte, le sourire aux lèvres.

Le chevalier démonte et néglige le heurtoir, il frappe vigoureusement à la porte à double battant du château. Dans l'attente d'une réponse il décrotte ses bottes aux anneaux de fers scellés au bas du mur.
- Qui va là?
- Milady Belithiel et Gaumont Campbell demandent audience à la dame aux dragons.


Dernière édition par Merisel Faradhreia le Mar 12 Juil - 22:58, édité 2 fois
avatar
Merisel Faradhreia

Messages : 223
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 46
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [DAOC] Un jour de pluie (initié par Marhalt Campbell)

Message par Merisel Faradhreia le Mar 12 Juil - 22:55



La pluie ! Ce pays en était imprégné par toute saison ! Drue ou fine, de grosses et lourdes gouttes qui vous trempaient l'épaule au premier impact ou d'une bruine légère comme la mousseline, elle était toujours soit trop éblouissante soit trop sombre et rendait le soleil impraticable. Debout dans la salle des lectures, appuyée contre une fenêtre pour avoir une meilleure lumière, Merisel tapotait avec impatience les pages de l'ouvrage ouvert devant elle. Elle ne lisait pas ce qui était écrit sous ses yeux ; son esprit était ailleurs, préoccupé par l'état de la jeune fille qui reposait aux étages, dans sa chambre doublement gardée. Wilfrey n'avait pas desserré les lèvres depuis qu'il l'avait ramenée depuis les profondeurs de l'Indicible ; il s'était contenté de s'assurer qu'elle était bien installée dans ses appartements, et avait disparu... Encore... Merisel n'avait rien pu apprendre de plus que la version donnée par ceux des Ecuyers qui avaient accompagné le jeune paladin : que Wilfrey avait faillli se laisser posséder par Morgane et qu'il avait finalement réussi à résister à son influence, qu'il était parti chercher la jeune fille comme s'il savait déjà où elle était, et qu'il n'avait pas proféré un mot pendant tout le chemin du retour. Khirsen quant à lui était rentré avec d'étonnantes nouvelles : alors que les Drakorans opposaient une belle résistance et un non moins terrible carnage, ils battirent subitement en retraite pour se replier sous terre, épargnant ainsi des centaines de vies aux troupes d'Adribard. Morgane n'avait pas été vaincue, elle avait seulement été très affaiblie, car Mordred n'était plus. En témoignaient les pièces d'armure noires superbement ciselées que les Ecuyers avaient rapportées en guise de trophée. Et cette pluie qui ne cessait de tomber, empêchant Merisel d'établir le contact avec la jeune fille ! Au moins en aurait-elle appris plus. Presque exaspérée, elle referma son livre, le donna au page pour qu'il le remît à sa place, et quitta la salle des lectures. Mieux valait descendre s'occuper des paysans et voyageurs qui étaient venus s'abriter entre les murailles de l'Abbaye que d'attendre dans l'impatience et la frustration que ces lourds et noirs nuages que l'on appelait cumulus daignent éclaircir enfin le ciel d'Amesbury.

Chemin faisant, elle traversait la galerie principale qui débouchait sur le hall. Un page venait vers elle et s'inclina :
"Une audience au salon des hôtes, Milady."
Enfin une véritable occupation pour la détourner de ses inquiétudes...
"Qui est-ce ?"
"Le seigneur Gaumont Campbell et sa dame Belithiel. Ils sont servis et vous attendent."
"C'est très bien. Je m'en vais de ce pas les rencontrer."
Elle détourna ses pas vers le salon des hôtes et entra. Elle y trouva un couple âgé, fort distingué, élégamment assorti, installé devant une collation et des rafraichissements. Le seigneur Campbell avait dû passer le plus fort de ses années sur le champ de bataille, à en juger par cette épaisse balafre qui lui gachait la beauté de ses traits, laissant une partie de son visage paralysé. Il portait noué à l'épaule le tartan aux couleurs de son clan. Elle, d'ossature fine et délicate, paraissait fragile, presque transparente. Merisel s'inclina avant qu'ils n'aient eu le temps de se lever pour la saluer :
"Sir Campbell, Lady Belithiel, soyez les bienvenus en Amesbury. Ce devaient être des affaires bien pressantes, pour vous pousser ainsi tous deux à braver les intempéries pour venir me voir."
avatar
Merisel Faradhreia

Messages : 223
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 46
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [DAOC] Un jour de pluie (initié par Marhalt Campbell)

Message par Merisel Faradhreia le Mar 12 Juil - 22:55

Marhalt Campbell a écrit:
Leurs lourds manteaux suspendus dans la grande cheminée, pour les faire sécher, Belithiel et Gaumont dégustent fruits et laitages qu'on leur a servis. Le pain tout chaud sorti du fournil, suscite l'éloge du soldat qui rend son bol de soupe quasiment propre. De prime abord, la gracieuse érudite, et le rustique highlander n'ont rien en commun. Les motifs de la robe de Belithiel mêlent habilement signes magiques et représentations florales et animales, tandis que le Graal domine chez Gaumont. Un seul symbole discret leur est mutuel, une épée et une clé croisées. Mais à les voir partager ce léger repas et admirer les tapisseries qui pendent aux murs, on leur trouve d'indéniables points communs. A commencer par leur simplicité, la dame porte sa robe souillée sans y prêter aucune attention, là où une coquette aurait fait des manières de scandale. Le soldat quant à lui ne dépareille pas dans l'art de se bien comporter en société, qu'affiche l'avalonienne. Les façons de bivouac y sont demeurées. Auraient-ils déteints l'un sur l'autre? Leur complicité ne fait aucun doute, et leurs avis exprimés de façon différente, se recoupent souvent. Leurs gestes démontrent une longue habitude de l'action commune, l'épée et la clé, qu'ils doivent être redoutables quand la force se soumet à l'intelligence, quand la connaissance et la vérité soutiennent la justice.
La promptitude avec laquelle la maîtresse des lieux les reçoit et ses propos, provoquent un léger malaise chez le highlander. Y aurait-il eu méprise? Le délicieux petit sourire en coin que lui adresse sa compagne, confirme qu'elle partage ses craintes, mais aussi qu'elle lui attribue la responsabilité du quiproquo et celle de tout dissiper. Après s'être incliné profondément devant la dame, le soldat affiche son plus beau sourire, qui ressemble encore trop à un rictus inquiétant en regard de la cicatrice qui le défigure.
-Madame je vous prie de pardonner ma négligence, nous aurions dû faire précéder notre venue par un courrier. Notre visite n'a aucun caractère officiel, et encore moins d'urgence. Nous ne sommes chez vous qu'a titre privé. Je crains de vous avoir alarmé inutilement en venant toquer à votre porte de façon impromptue. J'ose espérer vous rendre le sourire quand je vous aurais exposé les motifs qui nous amènent chez vous. Nous avons souvent eu l'occasion de côtoyer aux frontières des membres de votre maison, et d'apprécier leur compagnie. Depuis peu, j'ai décidé de mettre un terme à mes activités officielles et de me retirer en mon manoir afin d'y passer le reste de ma vie avec ma future épouse, dame Belithiel. Nous venons vous demander la permission d'inviter les membres de votre maison à notre union. La cérémonie n'aura aucun caractère religieux formel, nous ne partageons pas la même foi, et sera suivie d'un bal qui devrait ravir les jeunes gens.
Gaumont s'incline à nouveau, espérant avoir rassuré son hôtesse.

avatar
Merisel Faradhreia

Messages : 223
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 46
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [DAOC] Un jour de pluie (initié par Marhalt Campbell)

Message par Merisel Faradhreia le Mar 12 Juil - 23:03

Andhromede Campbell a écrit:
Belithiel se lève à son tour afin de saluer la Dame aux Dragons en une belle révérence. L'avalonienne semble reconnaître en elle une sorte de consoeur magicienne et le léger accent de Merisel lui fait penser que leur hôtesse doit être native de contrées lointaines mais les bonnes manières de la thaumaturge n'en feront rien remarquer.

- Merci ma Dame pour cet accueil. Permettez que nous nous présentions dans les règles. Voici mon fiancé Gaumont Campbell, du clan Campbell et je suis Belithiel magicienne de la Forêt de Campacorantin. Nous appartenons tout deux à la guilde des Chasseurs de Rêves... Comme vous l'a dit mon compagnon, nous souhaiterions obtenir votre permission afin de lancer des invitations en votre domaine. Concernant notre bal, sachez que je donnerais au préalable des cours de danse de tous niveaux et que si vous éprouviez le besoin d'y participer, ce serait un grand honneur pour moi de vous y recevoir ainsi que les gens de votre maison.

L'avalonienne semble calme, posé voir même mesuré ; pourtant lorsqu'elle parle, le ton de Belithiel parait chaleureux et amical.

avatar
Merisel Faradhreia

Messages : 223
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 46
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [DAOC] Un jour de pluie (initié par Marhalt Campbell)

Message par Merisel Faradhreia le Mar 12 Juil - 23:04


C'était plutôt une bonne nouvelle, une excellente, même. De quoi donner le change aux Ecuyers. Merisel observa un instant le couple devant elle ; ce devait être la concrétisation de longues années d'attente, faites de tête-à-tête, de longs moments ensemble où tous deux avaient appris à se connaître et à s'apprécier. Certainement n'avait-il pas voulu faire le pas décisif afin de lui épargner la douleur de se retrouver seule tant qu'il menait encore sa vie de soldat. De descendance ils n'en auraient point, hélas, à moins d'un miracle. C'était plutôt une retraite pour jouir d'une vie enfin paisible dans l'harmonie et la complicité. Elle fit les quelques pas qu'il lui restait à faire pour couvrir l'espace qui la séparait encore du couple, et vint prendre entre les siennes la main de dame Belithiel, qu'elle étreignit chaleureusement, mais ce faisant elle s'adressa à tous deux :
"Je vous souhaite tout le bonheur possible et une très bonne vie. Il va sans dire que mes Ecuyers seront très heureux de partager ce jour avec vous. Je suis honorée que vous ayez fait tout ce chemin pour venir nous annoncer en personne cette excellente nouvelle, malgré le peu de connexions qu'ont les Chasseurs de Rêves et les Ecuyers. Permettez-moi de vous offrir l'hospitalité au moins pour cette nuit, afin de vous permettre de repartir avec des montures fraîches, et par temps sec."
avatar
Merisel Faradhreia

Messages : 223
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 46
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [DAOC] Un jour de pluie (initié par Marhalt Campbell)

Message par Merisel Faradhreia le Mar 12 Juil - 23:05

Marhalt Campbell a écrit:
Nous serons très heureux de vous accueillir à Wearyall pour nos noces, le samedi 5 Septembre de cette année, dans la soirée. Un repas et un bal suivront, dans les faubourgs de Camelot, à Dalton, aux abords de la taverne du crépuscule.

Mille merci milady pour votre hospitalité. Nous attendons que l'on nous ramène notre cheval de bât, que nous avons confié à un paysan du bourg. Nous repartirons quand le ciel nous gratifiera de sa clémence

Gaumont s'inclinedevant la dame aux dragons.

( hrp: un mariage encore? bien piètre raison de faire connaissance en fait, espérons que le bal et la curiosité qu'il inspire vous incitera à vous joindre à nous. Au programme 4 danses, nous n'attendons aucune performance de qui que ce soit, nous avons prévu des suites de mouvements aisés à pratiquer, Belithiel et moi donnerons d'ailleurs quelques cours, histoire de mettre en pratique en groupe ce que nous avons concocté à deux. Ces cours pourraient rassurés ceux qui n'aiment pas les surprises Smile. Il y aura un quadrille, une ronde, une danse tribale demi-ogre ( nous n'oublions pas les moins gracieux d'entre nous Smile et une farfagnolle. J'espère vous avoir suffisement intrigué pour vous voir ce samedi 5 septembre)
avatar
Merisel Faradhreia

Messages : 223
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 46
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [DAOC] Un jour de pluie (initié par Marhalt Campbell)

Message par Merisel Faradhreia le Mar 12 Juil - 23:06

Marhalt Campbell a écrit:
Belithiel et Gaumont avaient profité de l'hospitalité de la dame au dragon, plus qu'il n'était raisonnable, il avaient encore de nombreuses visites a rendre, mais du mal à quitter si bonne compagnie. Gawain avait ramené linotte toute bouchonnée et reposée aux écuries du château, plus rien ne s'opposait à leur départ.

Gaumont toque à la porte de sa dame, fiancés, ils ne partageront la même chambre que le soir de leurs noces. Ils doivent rencontrer dame Merisel, pour la saluer et la remercier de son accueil avant leur départ. Belithiel est prête, elle n'est pas de ces midinettes qui mettent de heures à se préparer. D'un haussement de sourcil, elle fait part de son inquiétude. Elle aussi à remarqué l'agitation qui règne en ces lieux. Ce n'était pas une impression, quand ils ont rencontré dame Merisel, elle paraissait préoccupée, cette nuit il y a eu grand battage, des portes se sont ouvertes, se sont fermées, des cavaliers sont arrivés ou sont partis. Le personnel de maison même, à l'air fébrile.
La politesse les empêche d'en faire état, mais laisser leur hôtesse dans l'embarras les chagrine.
La politesse... elle empêche bien des choses, de poser des questions et par voie de conséquences de recevoir des réponses. Gaumont désigne du regard la petite soubrette mise a disposition de sa dame le temps de leur court séjour. Belithiel acquiesce silencieusement et s'adresse à la jeune fille.
- Marie, tout va-t-il mieux?
- Ça madame, je n'en sait rien, mais pour sûr, le pauvre frère Fron n'est pas bien en forme.
Belithiel et Gaumont hochent la tête, et donnent son congé à la petite servante, décidés à demander des nouvelles du brave frère Fron avant leur départ
avatar
Merisel Faradhreia

Messages : 223
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 46
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: [DAOC] Un jour de pluie (initié par Marhalt Campbell)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum